WIP – Màj 1 – Artefact Graphite – Les Vagues – Gérer les problèmes

« Je vais essayer de garder un peu plus de contrôle sur la progression. »

Je savais ! Je savais que j’étais un menteur…

… Un menteur à moi-même, et à d’autres personnes au moment d’écrire cette petite phrase innocente dans le dernier post 😀

« AH ! AH ! AH ! »

Je me souviens avoir entendu le rire d’une petite voix intérieure pendant que je tapais ça.

La voix a sûrement remarqué quelque chose que j’avais loupé lors de la préparation de mon panneau….

Je l’ai lentement réalisé lorsque j’ai rencontré un problème inattendu pendant le travail :

Le graphite refusait de prendre sur le support.

J’ai soudain soupçonné une certaine négligence de ma part lors de la préparation du panneau de MDF…

« g-e-s-s-o », épela en murmurant la voix intérieure…

Oh…

Je réalise maintenant que pendant tout le post précédent, je n’ai pas eu à taper une seule fois l’un de mes mots les plus récurrents…

Vous devinez ? C’est « Gesso »

J’ai oublié d’utiliser un des principaux jouets habituels pendant la préparation du panneau !

Comment est-ce arrivé ?

Je ne peux pas vraiment le savoir, mais maintenant, je peux vous dire qu’un panneau de fibres de bois brut avec une sous-couche de peinture blanche ne réagit pas comme un panneau bien préparé avec du gesso !

Mais alors pas du tout.

  • Gérer à la situation.
    • Nature du problème : le graphite ne pouvait s’accrocher durablement à la surface…. Impossible de visiter mes tons obscurs profonds habituels. Et tout cela tournait vite au bazar de graphite graisseux.
    • Solution 1 : Détruire le tout avec une bonne vieille couche de… Gesso ! Facile, efficace, mais déjà fait et ne m’apprendrait rien.
    • Solution 2 : Essayer de réparer le support à la volée, et explorer un peu plus le mélange peinture et dessin.

Action : optons pour la solution 2 !

Première étape : protéger ce qui a déjà été fait sous une couche de liant acrylique (avec un peu de peinture bleu/vert).

Cette approche posera trois nouveaux problèmes :

  • Les gommes seront complètement inutiles sur ce qui a déjà été dessiné : une fois protégé avec le liant, le graphite résistera aux agressions les plus courantes.
  • La zone ainsi protégée est maintenant brillante.
  • Dessiner au graphite est presque impossible sur cette surface brillante…

« Euh… Pardon ? »

OK…. Pas de panique :p

Maintenant, nous avons protégé notre dessin initial contre de nouvelles dégradations. C’était l’urgence.

Deuxième étape : Notre prochain objectif est de faire en sorte que le graphite retrouve sa prise sur le panneau, car nous voulons dessiner par-dessus tout cela….

Le problème « gomme inutile » sera résolu grâce à la peinture… Nous voilà avec un bidule en techniques mixtes…. Ce que j’aime 🙂

Je commence à briser les zones les plus sombres avec une couche de peinture acrylique translucide blanche. Cela donnera des effets intéressants :

  • L’aspect brillant de la couche de liant sera neutralisé par la couche de peinture mate.
  • La zone peinte fournira l’adhérence que je voudrais obtenir pour les prochaines couches de graphite.
  • Le dessin initial aura un effet filigrané intéressant, ce qui ouvre la voie à de nouvelles applications possibles.

Avancer avec ces nouveaux paramètres.
Maintenant, commence un nouveau type de jeu pour moi : rendre les limites entre dessin et peinture difficile à distinguer.

Voici l’état actuel du panneau :

Je pense que je suis toujours mon idée initiale de mouvement de vagues, mais je vais devoir gérer avec plus de précision aussi bien la construction que les effets translucides lors des prochaines étapes.


Et voilà où nous en sommes aujourd’hui 🙂

Il reste des tonnes de travail à abattre sur celui-ci, ainsi que sur mes autres tableaux en cours, et ceci durera tant qu’ils auront quelque chose à m’apprendre 🙂

En attendant la suite, merci pour votre lecture,

@+ et prenez du bon temps ! 😉

Berien