Nouvelle expérience personnelle et ressenti : mettre un prix, et mettre en vente mes tableaux.

English post on steemit.com (Click here for English version)

Bonjour !

 

Voici, un post relativement long (désolé ! :D), pour partager une expérience en cours et le ressenti qui l’accompagne.

Voilà un sentiment que je n’avais pas anticipé, mais que je ressens avec suffisamment de force pour que je lui consacre un rien d’analyse : le trac.

Pourquoi le trac ?

  •  Probablement parce que l’heure est arrivée de mettre un prix  sur certains de mes tableaux, alors que l’optique commerciale me paraît encore plus abstraite que mes sujets graphiques.
  •  Parce que pour un premier contact avec cet aspect du métier, j’ai choisi quelques tableaux qui ont contribué à poser les bases de mon travail actuel. La valeur affective que je leur accorde va donc être confrontée à la valeur monétaire qu’on voudra bien leur accorder.
  • Parce que je les livre à la merci d’une enchère sans certitude qu’ils soient vraiment remarqués.

L’envie de retarder le moment est là : elle m’évoque le sentiment éprouvé lorsque j’ai dû laisser mes enfants à la porte de l’école pour la première fois… L’investissement personnel dans le processus de création y joue sûrement pour beaucoup.

Je traîne encore un peu…

Les annonces sont prêtes, rédigées, mises en page, les textes lus et relus. Chaque relecture me révéle de nouvelles coquilles et ajoute sa petite dose de réticence au lâcher-prise.



Pourquoi ce choix de tableaux en particulier ?

En matière de dessin, ils représentent un nette transition dans mes méthodes de travail. Ils m’ont orienté dans une direction que j’espérais découvrir depuis longtemps, en termes de techniques, de style et de cohérence.Comme pour tout travail surréaliste ou abstrait, le processus de création est très personnel, psychologiquement intime. Pour cette raison, j’ai lontemps été rebuté à l’idée de mettre un prix sur mes dessins, et celà ne me posait pas réellement de problème jusqu’à présent.

Mais aujourd’hui, il me paraît évident que pour progresser, aller au-delà de mes acquis, il va me falloir exposer ce travail aux risques d’une mise en vente… Pas d’autre méthode pour briser cette vieille barrière jusqu’alors infranchissable de la professionnalisation de mon activité.

J’imagine que je ne suis pas seul dans ce cas, que ce franchissement de cap doit en rebuter plus d’un(e), et que par conséquent partager l’expérience en direct pourrait aider à y voir plus clair…

Bref :

  • si ce qui suit fonctionne, servez-vous et adaptez selon vos préférences !
  • si cela échoue, prenez quand-même, mais n’oubliez pas que c’est ce qu’il NE faut PAS faire ! 😀

Déterminer un prix…

Voilà le premier point de blocage qui m’a longtemps paralysé.

Pas aisé.

J’ai bien tenté d’écarter l’affectif pour me concentrer sur des critères plus concrets, mais ni la durée d’exécution, ni les dimensions, ni les medium et matériaux employés ne me semblent plus parlants.

Bon…

Plan B !

« En dessous de quelle somme préférerais-je conserver le tableau, ou même l’offrir, plutôt que de le vendre ? »

Tiens ? Retour à l’affect. Voilà qui me parle !

J’ai maintenant un prix de départ.

  • Trop élevé ? Pas vraiment de perte à la clé. Ce ne sera que partie remise.
  • Pas assez ? Ce sera aux enchères de le déterminer.

S’exposer…



Être vu : deuxième point de blocage. Des scénarios d’échec à profusion se profilent.Je suis un ermite dans l’âme, je ne suis pas un pro du réseau social, et je n’ai pas suffisamment de matière à proposer pour intéresser une galerie d’art…

J’opte donc pour le choix d’une place de marché en ligne.

Vu que je n’ai ni l’expérience, ni les réseaux, ni la puissance marketing qui me permetraient de me démarquer sur des sites spécialisés dans un domaine similaire au mien, je vais miser sur une approche au bon goût d’amateurisme pur et dur, à savoir une grosse plateforme généraliste : Ebay.

J’ai l’espoir – peut-être naïf – que son système de mise en vente aux enchères puisse attirer les curieux sur mes annonces.

Il me faudra peut-être revoir ce raisonnement sur la suite, mais pour l’heure j’expérimente et j’apprends.


… dans quelles limites ?

Je vais pas consacrer trop de temps sur les détails techniques, bien qu’il puisse s’agir d’un possible point de blocage supplémentaire !

Expéditions, frais, cartons d’emballage en sont des éléments… Mais la plus problématique de mon point de vue est la portée des annonces d’Ebay.

Il semble que des restrictions de visibilité à l’international soit imposées nouveaux venus, dont je fais partie. Voilà qui me gêne, puisque la majorité des personnes susceptibles de me lire se rencontre sur Steemit, et est internationale.

Donc, malgré les limitations d’Ebay :

  • j’accepte de vendre hors de mon pays (prévoir des frais d’expédition et de douane)
  • j’accepte (et encourage) les crypto-paiements, parce qu’il permettent d’affranchir les transactions de toute contrainte frontalière, et bancaire.

L’espace dédié à la rédaction des annonces laisse encore une certaine liberté, autant l’utiliser pour proposer ce que la plateforme ne permet pas directement. Il reste possible de préciser ces points dans la description des tableaux.

Mais ces mentions ne suffiront pas à elles-seules à faire remarquer les annonces.

Il me faudra donc travailler un peu pour attirer l’attention sur elles… Et je réalise que le marketing est une discipline encore assez énigmatique pour moi.

Pas mal de boulot perso m’attend pour améliorer ça 🙂


Ne plus reculer…

OK… C’est imparfait, comme une équation non résolue, pleine d’inconnues .

Mais ça tombe bien : je n’aime pas les maths

donc…

… C’est parti !


D’autres tableaux seront placés en vente progressivement au fil de leur finition,

mais pour le moment : 

 l’Artefact 0, le Diptyque Mécanique, et le MechaTree

sont dans l’arène.


Si la suite (échec ou succès) me paraît instructive, je partagerai le retour d’expérience.

En attendant, tout coup de pouce pour augmenter la visibilité des annonces serait le bienvenu : donc merci du fond du coeur à qui partagerait ceci 🙂

 

Merci pour votre temps, Mesdames et Messieurs !

Amusez-vous, faites des erreurs, mais prenez-soin de vous 😉

Berien.

(images : (c)Berien 2017-2018)

Laisser un commentaire