FR/EN Abstraction et signification. (Abstraction’s meanings)

FRANCAIS

« Qu’est-ce que ça représente ? Qu’est-ce que ça signifie ? »

Voilà bien le type de question qui m’embarrasse quand on me la pose au sujet de mes abstraits…
Elle m’embarrasse surtout parce qu’elle n’a pas vraiment de réponse.
(Mais j’avoue : ça me ravit de savoir qu’on puisse se faire des nœuds au cerveau pour en trouver une.)

Pour être objectif, la dernière chose à laquelle je pense quand je me lance dans un abstrait, c’est à sa signification.

Dès lors qu’une intention, un sujet ou un message entre dans la réalisation, ce qui arrive fréquemment, je commence à quitter l’abstraction pour virer vers le figuratif ou l’illustration.

L’abstrait est une des bases de mon travail : l’évasion un rien méditative pendant le travail, la spontanéité, le hasard, les facteurs externes et tous ces petits brins de chaos qui viennent s’inviter sur les premières couches vont déterminer l’évolution et la finalisation du tableau. L’évolution se fait de manière organique, se transforme et mute au fil des heures et gré de tous ces éléments..

Ce n’est que lorsque des formes évocatrices se cristallisent dans la mouvance, à l’instar de celles qu’on aperçoit parfois dans les nuages, que je commence à prendre les guides et à orienter le travail jusqu’à trouver un équilibre entre Chaos et Contrôle.

On pourrait considérer qu’il s’agit d’une d’illustration au processus de création inversé : on lâche prise, on laisse le tableau délivrer son propre message, et quand il n’en a pas, il devient un support d’expérimentation libre, permettant de se confronter ,sans pression ni ennui, à des techniques diverses : composition, mouvement, couleur, texture…

Ok, mais finalement, qu’est-ce que ça représente, et qu’est-ce que ça signifie ?
Je dirais que ça représente un instantané figé de tout ce qui a pu se produire durant la création du tableau sous le coup d’influences extérieures ou intérieures, combiné l’état actuel de mes compétences, et que ça signifie simplement qu’il me reste beaucoup à apprendre…

ENGLISH

« What does it represent? What does that mean? »That’s the kind of question that embarrasses me when asked about my abstract paintings.
It embarrasses me especially because it doesn’t really have an answer.

To be objective, the last thing I’d think about when working on an abstract painting is its meaning.
As soon as an intention, a subject or a message enters into the realisation, which happens frequently, I start to leave abstraction to turn towards figurative or illustration.

Abstraction is one of the bases of my work: meditative evasion during the work, with its spontaneity, randomness, and small strands of Chaos inviting themselves on the first layers will determine the evolution and the finalization of the painting.
Evolution is done in an organic way, changing and mutating hour after hour under all these elements influence.

It is only when evocative forms crystallize in the movement, like those we sometimes see in the clouds, that I begin to take the guides and direct the work until I find a balance between Chaos and Control.

One could consider that it is an illustration’s reversed creation process: let the painting deliver its own message, and when it doesn’t, let it simply become a support of free experimentation, allowing to test, without pressure or boredom, various techniques: composition, movement, color, texture….

Okay, but finally, what does that mean, and what does it mean?
I would say that it represents a frozen snapshot of everything that could have happened during the painting’s creation under external or internal influences, combined with the current state of my skills, and that it simply means that I still have a lot to learn…

La Souriante – The Smiling One

Graphite sur papier, encollé sur bois et sous lavis de peinture acrylique.

De retour sur le thème de la Fin…
Back on Ending topic…

Non pas en tant que sujet du dessin, mais plutôt à propos de cette inaptitude à déclarer un travail fini, alors qu’il pourrait l’être depuis longtemps.
Not as the drawing’s theme, but rather about this inaptitude to declare a work as completed when it could have been a long time ago.

La Souriante en est le parfait exemple : dessin demandé par un ami, dans l’optique de servir de modèle à un tatouage. Le travail a vite atteint un rendu acceptable, mais me laissait cet arrière-goût de « Je peux faire mieux ! »
The Smiling One is one these. Design commissionned by a friend, with a view to act as a tattoo model. Work has quickly an acceptable stage, but was leaving this « I can do better » aftertase…

C’était il y a… 3 ans ?
Je l’ai encore sous les yeux au moment d’écrire ceci.

It’s been… 3 years ?
I stil have it in my sight when typing this.

Y apportant une petite touche ici, puis là, au fil du temps. Aux oubliettes, le projet de tatouage qui motivait les coups de crayon. La chose est devenue un collage sur bois, immergée sous quelques couches translucides et ultra liquides de peinture acrylique.
Bringing over time a small touch here, then there. The tattoo project that motivated the pencil strokes was forgotten by then. The thing became a collage on wood, immersed under a few translucent and ultra-liquid layers of acrylic paint.

Je sais maintenant que toute retouche supplémentaire n’irait pas dans le sens d’une amélioration mais bel et bien de la destruction.
I now know that any additional editing would’nt aim at any form of improvement but rather at destruction.
La destruction : le vrai point final de mon process de création.
Destruction: my creative process’s genuine final touch.

Allez…
Come on…
Offrons donc à la Souriante une bonne raison d’être joyeuse.
Let’s give The Smiling One a reason to be joyful.
Une grosse inspiration…
One deep breath…
… Et une bonne couche de vernis.
… And a generous varnish layer.
Cette fois on vise la préservation, parce qu’à la Fin je serai celui qui sourit.
This time we’ll aim at preservation, because at the Ending I’ll be the smiling one.

Voir les Infos détaillées